Quels sont les principaux effets secondaires de la pilule contraceptive ?

Disponible sous forme de comprimé, la pilule contraceptive est accessible sur ordonnance médicale. Il s’agit d’un mode de contraception hormonale orale que la femme sexuellement active et en âge de procréer peut utiliser pour éviter une grossesse accidentelle. Elle est caractérisée par une efficacité et une sécurité contraceptives. Mais, les hormones synthétiques qu’elle contient, ne sont pas dépourvues d’effets secondaires.

Il existe deux types de contraceptifs. Certains sont à base d’œstrogène et de progestatif (pilule œstroprogestative) ; d’autres ne contiennent qu’un seul progestatif (pilules progestatives ou minipilules). Tous ces contraceptifs génèrent des désagréments. Des saignements, des troubles digestifs, des maux de tête, une sensibilité mammaire, une prise de poids et des troubles de l’humeur constituent les principaux effets secondaires de la pilule contraceptive. Ils sont généralement courants et bénins, mais d’autres peuvent être graves ou être associés à un risque légèrement accru, mais rare, d’effets secondaires cardiovasculaires ou de cancer du sein.

Effets secondaires de la pilule qualifiés de mineurs

Couple assis dans l'herbeComme tous les médicaments, les pilules contraceptives ne sont pas dépourvues de risques qui dépendent de la sensibilité particulière de chaque femme. Même si la pilule est, généralement, bien tolérée avec la prise en compte des contre-indications ou le choix du contraceptif le mieux approprié, elle peut générer des effets secondaires variables, selon les femmes.

Les plus courants sont bénins et apparaissent au début du traitement et s’estompent avec le temps, souvent après quelques cycles menstruels, après deux ou trois mois. Le risque lié à ces effets est parfois réduit avec les formulations de certaines pilules qui contiennent une faible dose d’œstrogènes et de progestatifs. Les effets secondaires de la pilule qualifiés de mineurs ne sont dangereux et s’avèrent, par ailleurs, réversibles après l’arrêt de la prise du contraceptif.

Saignements anormaux

Transitoires, les saignements qui surviennent au cours du traitement sont plus fréquents au cours des trois premiers mois qui suivent le début de la prise des comprimés. Ces pertes sanguines en dehors des règles, sont appelées spottings. Ce sont des saignements très peu abondants qui apparaissent, généralement, sous forme de traces ou de tâches de sang. Ce type de saignement sous pilule provient de la cavité utérine et s’écoule goutte à goutte. Il est provoqué par l’action hormonale de la pilule qui fragilise la muqueuse interne de l’utérus.

La stimulation de l’endomètre par l’effet des hormones œstroprogestatives peut provoquer des spottings, mais également des pertes sanguines plus ou moins importantes d’origine utérine (métrorragie), des irrégularités menstruelles. La pilule peut, également, rendre les saignements imprévisibles, de sorte que les règles peuvent durer plus longtemps, avec parfois des saignements entre les règles ou même une absence des règles. Ces saignements, sans gravité, disparaissent avec le temps lorsque l’organisme de la femme s’adapte aux différentes hormones. Toutefois, si ces saignements sont persistants ou surviennent fréquemment et de manière très abondante, une consultation médicale s’avère nécessaire.

Troubles digestifs, de fréquents effets secondaires de la pilule contraceptive

Pilule contraceptive et mal de ventreLes troubles digestifs les plus fréquents lors de la prise des comprimés sont les nausées et les vomissements. Les doses d’hormones qui sont absorbées, régulièrement, sont susceptibles d’irriter l’estomac et de provoquer des nausées. Les femmes qui prennent la pilule pour la première fois peuvent être confrontées à cet effet secondaire qui est fréquent au cours du traitement. Ce malaise peut survenir de façon isolée ou peut être associé à des vomissements lorsque le corps n’est pas encore habitué à ces nouvelles doses d’œstrogène et de progestative.

Pour réduire ou pour précipiter la disparition de ces sensations de malaise ou d’inconfort, il faut prendre les comprimés au cours d’un repas, le soir avant d’aller se coucher. Les nausées sont moins susceptibles de se produire lorsque les comprimés sont absorbés après le dîner ou avec un aliment le soir au coucher. Certaines femmes éprouvent davantage des sensations de nausée lorsqu’elles prennent les comprimés le matin. Mais, quelques semaines après le début du traitement, le corps s’adapte aux nouveaux niveaux hormonaux et les nausées disparaissent. Toutefois, si les effets secondaires de la pilule tels que les nausées et les vomissements sont persistants et sévères, il faut consulter un médecin.

Maux de tête

Effet secondaire, maux de têteLes pilules contraceptives peuvent provoquer, comme effets secondaires, des maux de tête. Des femmes sont affectées par des maux de tête lorsque les niveaux chutent. Ces maux de tête sont en relation avec le cycle menstruel, soit avant l’apparition des règles ou lors de la survenue de celles-ci, avec la baisse du niveau d’œstrogène.

Mais, le cycle menstruel n’est pas le seul déclencheur des maux de tête ; les pilules contraceptives peuvent, également, les provoquer chez certaines femmes. Ces maux peuvent survenir lorsqu’il y a un décalage entre les doses, surtout quand la femme absorbe un comprimé tôt le matin et un autre comprimé, le lendemain, dans l’après-midi. Ces décalages ou ces fluctuations entre les différents niveaux d’hormones peuvent générer des maux de tête.

Pour les femmes qui avaient déjà des maux de tête liés au cycle menstruel, les contraceptifs peuvent, soit les aggraver avec l’apparition des migraines, soit réduire la gravité ou la fréquence des maux de tête liés aux menstrues. Les effets secondaires provoqués par la prise de pilules contraceptives, y compris, un mal de tête, diminuent généralement ou disparaissent après quelques mois. Mais, lorsque les maux s’aggravent ou persistent lors de la contraception hormonale orale, il est important de consulter un médecin.

Sensibilité des seins

Quand la femme commence à absorber des pilules contraceptives, les niveaux des hormones (œstrogènes et progestatifs) augmentent dans son corps, pouvant, ainsi, provoquer des effets secondaires au nombre desquels figure la sensibilité des seins. La sensibilité des seins à la douleur est tout à fait normale avec la prise des comprimés et ne devrait pas constituer un sujet d’inquiétude pour la femme sous contraception hormonale orale. Les changements hormonaux génèrent un inconfort au niveau des seins. Des quantités accrues d’hormones peuvent provoquer une rétention d’eau qui provoque une sensibilité et des sensations douloureuses au niveau des seins.

Ainsi, surtout au début du traitement, les seins peuvent être plus tendres et douloureux, avec des changements au niveau de la taille ou du volume. Avec la rétention d’eau, il peut avoir un gonflement des seins, car les tissus mammaires réagissent aux hormones, notamment, en présence d’une dose élevée d’œstrogène, ce qui pourrait entraîner un gonflement des glandes mammaires et une augmentation progressive des seins. Mais tous ces changements (la sensibilité ou l’inconfort au niveau des seins, les douleurs mammaires et les gonflements des seins) ne sont pas permanents ou n’affectent pas toutes les femmes. Ils sont temporaires et les seins retrouvent leur taille ou leur volume habituel lorsque le corps de la femme s’adapte aux pilules. Cependant, si ces changements au niveau des seins persistent et durent plus de trois mois, cela pourrait être le signe d’une affection sous-jacente plus grave. Il est conseillé de consulter un médecin.

Prise de poids

Prise de poidsDes femmes peuvent être affectées par un gain de poids lorsqu’elles commencent à absorber les pilules contraceptives. Cet effet secondaire est temporaire et est dû à une rétention d’eau ; il n’est pas consécutif à une prise systématique de gras. Des doses élevées d’hormones dans la composition des pilules contraceptives, comme c’était le cas avec les pilules des années 1960, augmentent l’appétit et favorisent la rétention. Une dose élevée d’œstrogènes conduit, souvent, à une rétention d’eau. En effet, l’œstrogène stimulerait le système rénine-angiotensine au niveau des reins et favoriserait la rétention d’eau, notamment, au niveau de la poitrine et de la hanche. Ce système constitué d’une enzyme (rénine) produite par le rein et le produit (angiotensine) fabriqué par cette enzyme, stimule la sécrétion d’une hormone sécrétée par la corticosurrénale. Cette hormone appelée aldostérone réduit l’élimination de l’eau et du sodium.

Mais, de nos jours, les formulations récentes sont caractérisées par une faible dose d’hormones. Ainsi, les pilules ne contiennent pas des niveaux, suffisamment, élevés d’hormones qui pourraient provoquer un gain conséquent de poids. Cependant, les gains de poids qui peuvent survenir dans les premières semaines ou les premiers mois après le début de la prise des pilules, sont minimes et de courte durée. Toutes les femmes qui prennent la pilule ne sont, donc, pas prédisposées à un gain de poids. Les femmes affectées par un gain de poids doivent, donc, consulter un médecin qui pourra alors leur proposer une pilule mieux adaptée.

Troubles de l’humeur

Humeur variableLes pilules contraceptives contiennent des hormones qui affectent d’une manière ou d’une autre l’humeur de la femme. Les hormones agissent sur le cerveau, notamment, au niveau du système limbique qui joue un rôle important au niveau du comportement et des émotions. Ainsi, ces hormones synthétiques sont associées à des changements structurels et fonctionnels dans le cerveau qui affectent les émotions et l’humeur.

La femme sous contraception peut, ainsi, éprouver des sautes d’humeur, une instabilité émotionnelle. Dans bien cas, il peut avoir une aggravation des troubles de l’humeur liés au syndrome prémenstruel. Chez d’autres, la pilule contraceptive peut être un régulateur de l’humeur, améliorant les sautes d’humeur. Avec l’effet des pilules contraceptives sur l’humeur, il est important de consulter un médecin lorsque les troubles psychologiques apparaissent ou lorsque les troubles de l’humeur s’aggravent, avec une tendance dépressive.

Effets secondaires de la pilule contraceptive : les plus graves et les risques potentiels

Il y a d’autres effets secondaires de la pilule, qui sont plus rares chez la plupart des femmes, mais qui lorsqu’ils surviennent sont beaucoup graves. Ils requièrent impérativement une consultation médicale.

Une aggravation de la migraine

Forte migraineCertaines femmes peuvent constater qu’avec la prise des pilules contraceptives, les maux de tête et les migraines s’améliorent, chez d’autres, par contre, il y a une aggravation des maux de tête et des migraines.

Des femmes souffrent d’une migraine avant les règles ou lors de l’apparition des règles ; une période au cours de laquelle les niveaux d’œstrogènes baissent dans l’organisme. Ces femmes peuvent, ainsi, constater que les crises migraineuses s’aggravent lorsqu’elles prennent les pilules contraceptives. Ainsi, sous contraception, les migraines peuvent être inhabituelles ou accompagnées d’aura (ou migraine ophtalmique associée à des troubles visuels). Cette forme de migraine est caractérisée par l’apparition de manifestations visuelles avant le déclenchement des maux de tête bien spécifiques.

Les pilules contraceptives peuvent, ainsi, contribuer au développement de la migraine ou à l’aggravation des crises migraineuses, surtout chez les femmes prédisposées ou sujettes aux migraines liées aux règles. C’est pourquoi, les femmes affectées par une migraine avec aura ne doivent pas avoir recours aux pilules contraceptives. Chez les personnes qui ont la migraine avec aura, le risque d’avoir un accident vasculaire cérébral est accru lorsqu’elles prennent la pilule contraceptive. Vous l’aurez compris : la migraine figure en bonne place parmi les plus effets secondaires de la pilule, qu’il importe de surveiller de près.

Une aggravation des troubles de l’humeur

La prise des pilules peut exacerber les troubles de l’humeur, surtout chez les femmes affectées par des problèmes de santé mentale. Ainsi, ces dernières peuvent constater une aggravation de la dépression, de l’anxiété. C’est pourquoi, les femmes ayant des antécédents liés à une dépression doivent au préalable contacter un médecin. cette précaution leur permet d’éviter ces graves effets secondaires de la pilule.

Les risques potentiels

Risque de cancer du seinLes pilules contraceptives sont associées à des risques potentiels qui n’affectent pas toutes les femmes de la même manière. La prise de ces pilules peut accroître, légèrement, des risques avec des complications qui sont rares, mais graves. Il s’agit, notamment, du risque de thrombose veineuse. On parle de thrombose veineuse profonde ou phlébite, lorsqu’un caillot de sang se forme dans une veine profonde, généralement, dans la jambe. Quand ce caillot se détache et se déplace dans le corps et atteint les poumons, cela peut provoquer une embolie pulmonaire qui peut être mortelle. La pilule œstroprogestative favorise la coagulation sanguine, ce qui contribue à la formation des caillots de sang.

Une obstruction des artères de la jambe et des vaisseaux pulmonaires par ces caillots, constitue un effet secondaire rare, mais grave qui est, par ailleurs, fréquent avec la prise des pilules contraceptives. La formation d’un caillot de sang dans une artère peut provoquer une lésion du cœur ou cerveau avec la survenue d’un infarctus du myocarde ou d’un accident vasculaire cérébral.

Aussi, les pilules contraceptives sont également associées à un risque accru de cancer du sein ou du col de l’utérus lorsqu’elles sont prises pendant une longue période de temps. L’impact de ces pilules augmente lorsque le dosage en hormones est élevé. Ces risques potentiels dépendent des antécédents médicaux de la femme. Le risque est important chez les fumeuses âgées de 35 ans et plus, ainsi que chez celles qui ont des antécédents liés à l’hypertension artérielle, à des migraines avec aura, à des taux élevés de cholestérol.